Ni pionnières, ni rebelles, ni indépendantes, mais que reste-t-il de leur art ?

Ces trois mots reviennent inlassablement ces derniers temps lorsque nous sommes confronté-es à des expositions dédiées aux artistes femmes. Ils ne sont jamais expliqués, encore moins justifiés et se révèlent être vides de sens. Pourtant, ils apparaissent même dans les titres, comme c’est le cas récemment pour l’exposition Pionnières : artistes dans le Paris des années folles1.

Quelques mots me sont revenus en tête en préparant cet article. Issus d’un mémoire de recherche datant de 2016, ils sont toujours d’actualité :

Cela revient aussi à muséographier quelque chose d’intangible : les constructions sociales du genre et les contraintes qui en découlent, à l’origine des obstacles que les femmes artistes rencontraient. Une autre difficulté identifiée réside dans la façon de traiter le sujet ; proposer une production culturelle dédiée aux « artistes femmes » ne doit pas signifier figer son sujet et essentialiser l’art féminin. Il nous a donc semblé important de bien définir ce qui permet d’isoler les « artistes femmes » des « artistes hommes », c’est-à-dire des expériences différentes liées aux conditions particulières d’exercice du métier ainsi que les contraintes qui pesaient alors sur les femmes voulant pratiquer une discipline artistique2.

PAOLI Nais, « Quel genre pour l’art? Valoriser des collections d’artistes femmes dans un musée des Beaux-Arts », Culture & Musées

.

Le 10 mars 2022, j’ai visité la tant attendue (non) exposition au Musée du Luxembourg.

En ayant eu connaissance de l’approche scientifique prise par cette exposition, je ne m’attendais à … rien. Je savais déjà que j’allais être déçue, que cette exposition n’allait pas tenir compte des avancées de la recherche3. Toutefois avant d’aller plus loin, je vous conseille tout de même de lire le catalogue et en particulier l’article de Catherine Gonnard et Tirza True Latimer :  « Portraits singuliers de la Modernité : regards croisés des « lesbiennes » des années 1920 » 4.

Cette rapide impression reprend celles que j’ai eues lors de l’exposition Elles font l’abstraction5 et cela fait sens quand on sait quel-les acteur-ices y ont participé.  

Une énième exposition qui prétend (et faussement) n’inclure que des femmes, or ce n’est pas le cas. Cela révèle bien les limites de ce genre d’exposition, qui voulant mettre en avant les femmes dans l’histoire de l’art, créent de nouvelles invisibilisations et discriminations. Aligner des noms est une chose plus au moins aisée, en revanche analyser les enjeux de leur présence dans l’historiographie de l’art l’est moins. Des expositions essentialisantes au possible, comme ici, ne sont pas viables sur le long terme6. Les études de genre ne signifient pas uniquement étudier les histoires des femmes, cette étude peut en faire partie mais n’en n’est pas sa limite. Les études de genre sont là pour analyser les rapports de force qui s’exercent entre des individus, leur place dans la société. Cette définition est bien évidemment réductrice mais apporte une courte réponse à cette exposition7.

Selon moi, l’exposition tenait un propos bancal, aucune analyse de réseau artistique, ni d’étude socio-économique n’a été prise en compte. Or, les enjeux de production sont cruciaux, comme l’analyse de leur extraction sociale. Peindre, sculpter ou encore créer des marionnettes sont des pratiques avec des enjeux différents. J’ai aussi relevé que certaines artistes n’ont pas de biographies, ce qui me semble être un problème pour leur visibilité.8 

Oeuvres de Claude Cahun.

A notre entrée, un texte de présentation s’avère déjà être trompeur. Dire que ces personnes n’ont pas connu le succès de leur vivant ou qu’elles ont été évincées du monde des arts est faux. L’effet inverse de cette remarque est de se retrouver inlassablement avec les mêmes artistes cité-es au sein des expositions et dont les courts textes affluent sur les réseaux sociaux, sans aucune diversité. Tout-es les artistes que nous avons vu-es ont été célébré-es pour leurs productions et le sont dans leur pays d’origine aujourd’hui. Iels appartenaient à des réseaux d’artistes reconnus, certain-es se connaissaient même entre elleux. 

Juste après cette première introduction, nous avons une carte avec tou-tes les artistes. Elle nous permet de nous repérer spatialement, or nous ne savons pas quels liens entretiennent ces personnes entre elleux .

Par ailleurs, à mon sens, il subsiste toujours une certaine idéalisation de la ville de Paris en ce qui concerne les libertés sexuelles, un lieu où il n’y aurait aucun racisme, ce qui est bien évidemment à nuancer et à remettre en question.  

Un extrait du dispositif présenté. Toutes les photographies sont d’Emma Distel.

Un des grands intérêts de l’exposition, selon sa présentation, c’est la diversité des productions choisies. Or, ce point n’est pas mis en avant9.

L’analyse des regards portés sur les corps a été l’une des grandes absentes de cette présentation. Les corps non-blancs sont soumis à un western gaze pugnace10 à la limite de la fétichisation. J’ai pu, parmi ces quelques textes, extraire cette citation : Joséphine Baker, « « la nouvelle Eve » qui aime se prélasser au soleil ».  Comme si Eve avait une couleur pré-définie, c’est-à-dire blanche et que le corps noir serait plus enclin à se prélasser. Ces propos paraissent maladroits mais sont en réalité d’une extrême violence. Les mécanismes de discriminations ne sont pas analysés comme ils devraient l’être, mais sont réitérés à travers de telles formules.

Parmi d’autres citations que nous avons relevées, en voici quelques extraits :  « transformant au féminin le modèle des corps masculins » , « ces femmes changent de prénom » , « vivant leur sexualité » ou encore « leur vie et leur corps dont elles sont les premières à revendiquer l’entière propriété » …  Ces phrases sont détachées de toute remise en question, issues d’idées préconçues.

Les notions de female gaze et de male gaze11 sont sous-entendues, jamais explicitées.

Iris Brey synthétise ainsi cette notion :

Il existe un regard féminin, ou female gaze, un regard qui nous fait ressentir l’expérience d’un corps féminin à l’écran. Ce n’est pas un regard créé par des artistes femmes, c’est un regard qui adopte le point de vue d’un personnage féminin pour épouser son expérience. Pour le faire émerger, les cinéastes ont dû tordre le corps de la caméra, inventer et réinventer une forme filmique afin de s’approcher au plus près de l’expérience des femmes.12

Iris Brey, Le féminin : une révolution à l’écran

Photographie du texte de salle. Photographie prise par Emma Distel.

  Seule cette citation semble y faire mention « leur regard s’affûte, se mesure au passé, rêve un autre futur »13. C’est une présentation que j’attendais avec impatience, au vu des artistes qui nous sont présentées dans cette salle. Les corps de Jacqueline Marval sont dépourvus de formes, ils se fondent dans leur décor, ce qui nécessite une réelle explication, qui ne vient pas. En face de ces tableaux, les corps de Mela Muter. Ils nous paraissent plus réalistes, j’ai pu m’identifier à eux : seins asymétriques, plis de peau marqués, mollets flasques. Nous passons totalement à côté de ces enjeux de représentation.

Focus d’une toile de Mela Muter, Nu assis avec des bas, 1922, huile sur toile, Pologne, Varsovie, collection Jankilevitsch.

Tout comme la partie « Chez Soi, sans fard » qui ne mentionne pas que nous nous plaçons du point de vue l’intime de milieux bourgeois. Ces toiles ne reflètent qu’une infime expérience de vie vécue par des femmes. Ce sont des enjeux majeurs de la recherche, comme les corps vieillissants et qui encore une fois sont balayés par des propos vidés de leur sens.

Quant au terme d’ « amie » , nous sommes de nouveau sur des définitions, alambiquées pour simplement parler de couples lesbiens. Nous partons du principe que ces couples, ces femmes sont considérées comme incapables de distinguer l’amour à l’amitié. Une lecture quelque peu -phobe.

Texte de salle, pris par Emma Distel.

Il en va de même sur la partie Le Troisième Genre ou encore Pionnières de la diversité qui illustrent les mêmes problématiques, difficultés.

Pour la dernière section, nous partons du principe que des artistes originaires du Brésil, d’Inde ne sont absolument pas reconnues de leur vivant ou a posteriori (spoiler, non). Les cartels ne remettent pas en question les discours, anciens et actuels, racistes. Les corps noirs sont présentés comme « élégants, leurs silhouettes [sont] longilignes, et leur allure altière » . En voulant montrer que ces artistes ne partageaient pas une vision stéréotypée des corps noirs, à leur époque, nous retombons dans les mêmes excès.  Le regard se fait, ici, toujours colonisateur.

Tarsila Do Amaral était une artiste reconnue tout comme Amrita Sher-Gil. Cette dernière, aujourd’hui, en Inde et sur les réseaux sociaux est largement diffusée et appréciée.

Amrita Sher-Gil, Autoportrait en tahitienne, 1934, huile sur toile, Inde, New Delhi, collection Kiran Nadar Museum of Art.

 En bref, une exposition sur les artistes femmes essentialisante dont nous ne voulons plus. Nous voulons des réseaux, des liens, des explications claires, accessibles pour tous et toutes.  

Il y a de cela un an je concluais déjà ainsi :  

Nous pourrons dire qu’il subsiste des notices, quelques expositions de ces artistes, sans qu’elles s’imposent dans une histoire globale. Détachées de toute histoire, chaque année elles sont redécouvertes, remises en valeur, notamment le 8 mars, avant d’être replongée dans une forme d’oubli temporaire, sans qu’aucune politique sur le long terme ne soit pensé, par manque de dialogue et ce décalage certain et persistent entre les musées, la recherche et les enseignements. Frances Morris, directrice du Tate Britain a une vision plus radicale, pour elle, il faut réinventer les musées et l’histoire de l’art qui sont des outils dépassés14. Par ailleurs, si nous ne remettons pas en question les systèmes de domination, au sein même des musées et les injonctions générées par le patriarcat nous ne pourrons pas rendre aux artistes femmes ce qui leur est dû : une place dans l’histoire. Si le musée n’achète que des « grands noms », ne mènent pas des politiques différentes, nous n’arriverons à rien. Le monde culturel est un milieu conservateur, qui, malgré les actions répétées de ses membres, n’évolue guère et en particulier en France, comme nous l’avons montré au cours de notre démarche. 

Pour aller plus loin :

ANGIER Roswell, Train Your Gaze, A Pratical And Theorical Introduction To Portrait Photography, Lausanne, Ava Books, 2007, 216 p.

BARD Christine, Les garçonnes : modes et fantasmes des années folles, Paris, Flammarion, 1998 [réédition en 2021], 192 p.

BELGHERBI Eva, « Un pas en avant, trois pas en Pionnières », Genre, histoire de l’art, musées et expositions, mis en ligne le 03 février 2021, consulté le mis en ligne le 03 avril 2022, consulté le 18 avril 2022. URL : https://ghda.hypotheses.org/1871.

BELGHERBI Eva, « Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes », Genre, histoire de l’art, musées et expositions, mis en ligne le 03 février 2021, consulté le 03 février 2021 URL: https://ghda.hypotheses.org/1358.

BERENI Laure, CHAUVIN Sébastien, JAUNAIT Alexandre, Introduction aux études sur le genre, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2020 [3e édition], 431 p.

BUTLER Judith, KRAUS Cynthia (trad.), Trouble dans le genre, Gender trouble pour un féminisme de la subversion, Paris, Editions de la Découverte, 2005, 283 p.

BRAINDBRIDGE Simon, « Female Gaze New Perspectives From the Selfie Generation », British Journal of Photography, mai 2017, 98 p.

BRONFEN Elisabeth, SCHIRMER Lothar, Frauen sehen Frauen : eine Bildgeschichte der Frauen- Photographie ; von Julia Margaret Cameron bis Inez van Lamsweerde, Munich, Schirmer Mosel, 2006, [1e éd. 2001], 245 p.

CREISSELS Anne, ZAPPERI Giovanna, « Histoire de l’art en France et gender studies : un mariage contre nature ? », Perspective, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 01 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3577.

DELATTRE B.A, « Pourquoi y a-t-il encore des expositions d’ “artistes femmes”? », Ombrelles : les femmes artistes, mis en ligne le 04 avril 2022, mis en ligne le 03 avril 2022, consulté le 18 avril 2022. URL : https://ombrelles.hypotheses.org/126#footnote_1_126.

DISTEL Emma(emma_distel), Thread : Avis, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 14 mars 2022.

DORLIN Elsa, La matrice de la race : Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, 2009, Paris, La Découverte, 2009, 308 p.

FEND Mechthild, « Études de genre et histoire de l’art dans le monde germanophone », Perspective, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 04 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3582.

GRAEVE INGELMANN Inka, BETANCOURT NUNEZ Gabriele, PINACOTHEK DER MODERNE (München), Female Trouble : die Kamera als Spiegel und Bühne weiblicher Inszenierungen in der Fotografie und Videokunst, Ostfildern, Hatje Cantz Verlag, 2008, 239 p.

GONNARD Catherine, LEBOVICI Elisabeth, Femmes artistes/artistes femmes: Paris de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007, 480

GRAZIOLI Ennio (P.),« [BILLET D’HUMEUR n°1 📸] – Non je n’ai pas une “identité trans”», La Chambre noire, la photographie moderne au prisme du genre, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 06 mai 2022. URL : https://chambrenoire.hypotheses.org/121.

LAFONT Anne, NOCHLIN Linda, PORTERFIELD Todd, « Entretien avec Linda Nochlin », Perspective, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 19 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/5800.

MURRELL Denise, Posing Modernity : The Black Model from Manet and Matisse to Today, Yale University Press, 2018, 224 p.

PRAXAM PRAXARUM(@Maelle257), Thread : Avis et bibliographie, mis en ligne le 02 avril 2022, consulté le 18 avril 2022.

OTTO Elizabeth, ROCCO Vanessa, The New Woman International : Representations in Photography and Film from the 1870s through the 1960s, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2011, 384 p.

I ROGAN CLARE, Desiring Women : Constructing the Lesbian and Female Homoeroticism in German Art and Visual Culture, 1900-1933, Providence, Brown University, thèse de doctorat, 2005, 547 p.

SAÏD Edward, L’Orientalisme : L’Orient créé par l’Occident, Paris Éditions du Seuil, collection « Points histoire », 2005, [1e édition 1978], 580 p.

VELAZQUEZ – ORCEL Sarah [Doctorante en histoire de l’art : « La représentation de la conquête mexicaine dans les arts espagnol et mexicain au XIXe siècle »] , Story : Avis sur l’exposition Pionnières, mis en ligne le 04 avril 2022, consultée le 18 avril 2022

  1. Elle se tient actuellement au Musée du Luxembourg à Paris et jusqu’au 10 juillet 2022. []
  2. PAOLI Nais, « Quel genre pour l’art? Valoriser des collections d’artistes femmes dans un musée des Beaux-Arts », Culture & Musées [En ligne], 30|2017, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 20 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/1287 []
  3. Je vous invite à lire les commentaires d’@emma_distel [Emma Distel], @GeorgiaOnKeeffe [Camille Philippon] sur twitter et le compte instagram @eva.belgherbi [Eva Belgherbi] []
  4. P. 117 – 127 in MORINEAU Camille, PESAPANE Lucia, Pionnières : artistes dans le Paris des années folles, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais : Musée du Luxembourg, 2022. []
  5. Au Centre Pompidou, Paris du 19 mai au 23 août 2021 et qui donnera lieu à un prochain article []
  6. En effet pour moi, le but et l’intérêt de cette première avancée est d’avoir par la suite des expositions mixtes, réellement inclusives, qu’elles soient réellement le reflet de l’histoire de l’art telle qu’elle s’est construite à travers ces personnes []
  7. Pour une courte définition de recherche accessible, nous vous renvoyons à cet extrait d’article et à ce court passage « Le « genre » a été initialement pensé comme un outil […] d’analyse critique des rapports de domination entre les femmes et les hommes ; mais les recherches qui le concernent se sont depuis enrichies d’autres dimensions. Pour l’historienne Joan W. Scott, une des figures les plus importantes de ce champ de recherche, le genre constitue « une manière première de signifier le pouvoir » (« Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, 1988, p. 141). Il désigne un rapport social à travers lequel les catégories de sexe, ainsi que les valeurs et représentations qui leur sont associées, sont produites en même temps que hiérarchisées in LACHENAL Perrine, « Définition. Études de genre n. f. pl. », dans : , Questions de genre. Comprendre pour dépasser les idées reçues, sous la direction de Lachenal Perrine. Paris, Le Cavalier Bleu, « Idées reçues », 2016, p. 9-10. URL : https://www.cairn.info/–9791031800950-page-9.htm. []
  8. Privilège des personnes qui ont les moyens de payer 10.50/14.50 euros puis 5 euros d’audioguide pour avoir toutes les informations lors de leur visite []
  9. Une pâle tentative de reprendre des éléments de l’exposition qui s’est tenue à Bourg-en-Bresse et à Limoges Valadon et ses contemporaines : peintres et sculptrices, 1880-1940, du 7 novembre 2020 au 14 février 2021 au Musée des Beaux-Arts de Limoges et du 13 mars au 27 juin 2021 au Monastère royal de Brou, Bourg-en-Bresse. []
  10. Le regard d’une personne vivant en Occident, blanche, sur des personnes d’origine étrangère, non-occidentales, des personnes de couleur []
  11. Le male gaze peut être intériorisé, une femme peut adopter des codes dits masculins, et ne pas remettre en question ce regard. Le female gaze peut être aussi adopté par un homme, ce qui signifie qu’il se défait des codes dits normés au sein d’une société patriarcale. Il est donc important d’adopter plusieurs échelles d’analyse. []
  12. P. 7 in BREY Iris Le féminin : une révolution à l’écran, Paris, Editions de L’Olivier, 2020, 252 p. []
  13. J’attends toujours une explication, un message du divin pour comprendre cette phrase et son intérêt. []
  14. Propos diffusés dans la série documentaire Aux arts citoyennes ! De la Nouvelle-Vision à l’avant-garde féministe, disponible sur Arte.tv du 09 juin 2021 au 07 décembre 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.